021803 Le western et les mythes de l’ouest dans la littérature et les arts de l’image

  • Dates des cours : 9oct-6nov-20nov-4déc-18déc-15janv-29janv-26févr-12mars-26mars-23avr-7mai
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Lauric GUILLAUD


Lauric GUILLAUD

Le western serait-il par essence “crépusculaire”, lui qui ne cesse de renaître depuis sa création ? Il s’agit de familiariser les étudiants avec un genre cinématographique que tout le monde croit connaître et qui, depuis plus de cent ans, livre une autre histoire de l’Amérique, s’appuyant sur des périodes historiques que le cinéma se plaît à exploiter, voire détourner, à des fins mythiques ou ludiques. Reconstituer le genre du western revient à revisiter l’histoire des USA, de la colonisation à l’expansion, en passant par les guerres indiennes ou la guerre civile. Le système du western repose essentiellement sur le concept américain de Frontier. Du Dernier des Mohicans de James Fenimore Cooper aux « dime-novels », le western a d’abord des origines littéraires. La généalogie du genre passe par les récits de captivité, la terreur gothique liée à l’émergence de la littérature américaine, la fascination pour la violence et le sacré, le rêve (ou le cauchemar) américain. Il puise dans l’histoire de l’Amérique, glorifiant l’épopée des pionniers, sans négliger les Guerres indiennes. Surtout, le western mythifie certains personnages historiques. À la fin de L’Homme qui tua Liberty Valance, une phrase résume l’essence du western : « Quand la légende devient réalité, imprimez la légende ! »

1 – Sources, culture, mythes, institutions. Il convient d’abord de tenter une généalogie du genre. Le cours se propose de décrire les commencements du genre sur le plan littéraire et plastique : peinture des grands espaces au XIXe siècle (Bierstadt, Wyeth, Remington), photo, bande dessinée (Morris, Charlier, Giraud, Jijé, Pratt). Il s’agit de resituer le western dans la mythologie américaine dont il est issu et de revisiter les « figures mythiques » tels Bas de Cuir, Daniel Boone, Jesse James, Billy the Kid, Calamity Jane, Buffalo Bill, et d’autres stéréotypes du genre : le cow-boy, l’éclaireur, le sheriff, la figure adamique, le pionnier, le héros solitaire, la femme fatale, l’outsider. Des topoi sont convoqués, comme la wilderness, la prairie, le désert, la ville, le saloon, etc.

2 – Les “classiques” (John Ford, H. Hawks, J. Sturges, A. Mann) et l’irruption de la violence (S. Peckinpah). La révolution du “western spaghetti” (Sergio Leone).

L’évolution du “héros” à travers le cas de Kirk Douglas dans Seuls sont les Indomptés. Le “western spaghetti” est-il une trahison ? Plusieurs exemples (L’étrange incident de W. Wellman, La horde Sauvage de S. Peckinpah, Impitoyable de C. Eastwood) signalent le complet renversement mythologique et esthétique opéré par le genre entre ses origines et aujourd’hui.

 3 – Western et idéologie. Dans son dialogue ininterrompu avec l’Histoire depuis ses débuts, le western a connu nombre d’investissements idéologiques de la part de réalisateurs engagés. Le maccarthysme ne fut pas sans effet sur le western (F. Zinnemann). Influence de l’hystérie anticommuniste ou des idées libérales.

Le western militant (influence de la guerre du Viêt-Nam). L’Ouest (début des années 70), comme métaphore de l’impérialisme en Asie du Sud-Est : l’allégorie révisionniste, l’« anti-western ». Un Viêt-Nam « déguisé » (Butch Cassidy et le Kid ou Josey Wales le hors-la-loi) reprend les codes classiques du western pour les détourner. Féminisation du western : les westerns construits autour d’une femme dans les années 50 (Rancho Notorious de Fritz Lang, Johnny Guitar de Nicholas Ray ou Forty Guns de Samuel Fuller). Remise en cause des codes virils du western. Dans les années 1990, essor du multiculturalisme dans la société US : une série de westerns (Posse, la revanche de Jesse Lee de Van Peebles, Geronimo de Hill, Dead Man de Jarmusch ou Mort ou vif de Raimi) s’intéresse au sort des minorités, sexuelles et ethniques. Enfin, autre figure minoritaire, l’Indien est réhabilité progressivement depuis les années 1960 (Little Big Man, Jeremiah Johnson) jusqu’à aujourd’hui (Danse avec les loups).

4 – Le western et son décor La cinquième section se concentre sur les questions de décor et de paysage, aspect essentiel du western. Le paysage n’est pas seulement une toile de fond  spectaculaire, mais devient un actant important que le cinéaste utilise à des fins dramatiques et symboliques en relation avec le héros westernien qui le confronte (rôle historique de la wilderness).

Le cours examinera les différents visages du désert westernien (monument Valley, plaines brûlantes, sables de l’Arizona, montagnes arides, etc.), mais analysera aussi sa fonction dramatique et symbolique, en tant qu’espace traversé, étape obligée d’un itinéraire initiatique.

Je présenterai des extraits des films les plus représentatifs du genre, des origines jusqu’à maintenant, ainsi qu’un diaporama des films les plus célèbres. Les étudiants seront invités à regarder chez eux les films conseillés (liste fournie, prêt possible). Une bibliographie sera proposée.

021902 Mythes et mystères d’hier et d’aujourd’hui

  • Dates des cours : 2oct-16oct-13nov-27nov-11déc-8janv-22janv-5févr-5mars-19mars-2avr-30avr
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Lauric GUILLAUD


Lauric GUILLAUD

L’homme a toujours été passionné par les mystères, qu’ils soient religieux, ésotériques ou historiques. Pourquoi l’Atlantide, le Graal ou les OVNIS continuent-ils de fasciner les chercheurs ou le grand public, tandis que surgissent des mythes ‘modernes’ comme Rennes-le-Château ? Quel sens donner à ce phénomène ?

  • Mythes et mystères d’hier et d’aujourd’hui, de l’énigme de l’Atlantide à celle de Rennes-le-Château
  • Introduction : définition et survol historique des mystères. Permanence de l’irrationnel
  • L’Atlantide, mythe ou réalité ? : survol de l’atlantologie, de Platon à aujourd’hui ; l’Atlantide des savants, des romanciers, des occultistes et des cinéastes
  • Le Graal, du Moyen Age à aujourd’hui : aux sources de la fantasy. La quête du Graal et la légende arthurienne ; le Graal spirituel et sécularisé ; avatars littéraires et picturaux du Graal
  • Les OVNIS : croyance et pseudo-science ; histoire d’un mythe ; prolongements sectaires, littéraires et cinématographiques
  • Les sociétés secrètes dans l’histoire : paranoïa et conspiration ; Templiers, Illuminés et francs-maçons ; le roman policier ésotérique
  • Le pseudo-ésotérisme nazi : réalité et fiction ; occultisme et pangermanisme ; Le Matin des Magiciens ; pérennité d’un mythe délirant..
  • Rennes-le-Château, un mythe moderne ? : historique (les aventures de l’abbé Saunière, le trésor des Mérovingiens, la descendance de Jésus) ; le Da Vinci Code ; réalités et affabulations ; du mythe à la mythomanie.
  • Conclusion : assisterions-nous à une défaite des Lumières ?

Chaque cours est accompagné d’un diaporama.