011153 La passionnante histoire de la Bible et des arts

  • Dates des cours : 6oct-13oct-20oct-17nov-24nov-1déc-8déc-15déc
  • Heure de début du cours : 16:00
  • Heure de fin du cours : 18:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Christophe ZONZA


Christophe ZONZA

Ce cours, loin d’être une catéchèse, s’adresse principalement aux amoureux des arts désireux de disposer des clés d’interprétation du texte biblique et de connaître les œuvres qui s’en sont nourries. Combien, parmi nous, se sont arrêtés devant une œuvre d’art ou ont lu un texte sans être capables de savoir identifier l’épisode biblique raconté ou de dire avec précision à quoi cet épisode renvoie ? Comment visiter une église, un musée, écouter un opéra, lire des œuvres littéraires sans avoir tant soit peu de culture biblique ? Par sa richesse et son influence, la Bible a été en effet une source permanente d’inspiration pour les artistes européens, un recueil de merveilleuses histoires où la cruauté se mêle au plus sublime héroïsme. Dans un dialogue des arts, nous passerons de Michel-Ange à Jérôme Bosch, de Haydn à Massenet, de Zola à Péguy. Nous verrons Judith, meurtrière d’Holopherne, source de fantasmes chez Michel Leiris, image de la Venise triomphante pour Vivaldi, et figure de la femme vengeresse chez Artemisia Gentilleschi, Marie-Madeleine érigée en figure de reconquête catholique, réinventée dans la poésie et la peinture du XVIIe siècle, et nous relirons la passion du Christ dans les mystères du Moyen-Âge, chez Pasolini et Nikos Kazantzakis. Chaque séance prendra appui sur divers supports : une anthologie d’une centaine de pages comportant les textes-clés du récit biblique et leurs récritures littéraires, des supports iconographiques, musicaux et cinématographiques.

 

 

S'inscrire

011501 COURS EN FAC Lettres modernes : Littérature de jeunesse

  • Dates des cours : 21janv-28janv-4févr-11févr-25févr-4mars-11mars-18mars-25mars-1avr-8avr-29avr
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Vendredi
  • Intervenant : Dominique PEYRACHE-LEBORGNE


Dominique PEYRACHE-LEBORGNE

LIEU du cours : Campus tertre, salle ou amphi à confirmer ultérieurement

Programme : Le conte littéraire et le conte populaire, culture générale et littérature de jeunesse.

Le but de ce cours est de redécouvrir les grands auteurs classiques de contes (Perrault, Grimm, Andersen) ainsi que les contes populaires d’autres cultures (contes russes, contes africains…) à partir d’une approche pluridisciplinaire (mythologie comparée ; ethnologie et folkloristique ; structuralisme ; approches psychanalytique, historique et stylistique ; analyse de l’image et des albums). Il s’agira également d’adosser à ces connaissances théoriques l’étude des reconfigurations contemporaines pour la jeunesse. On étudiera en parallèle les contes-sources et leurs réécritures ou mises en album, dans le cadre d’enquêtes sur les démarches socio-éducatives, adaptées aux enfants d’aujourd’hui, dont témoigne cette production contemporaine.

Ouvrages à se procurer :

Perrault, Contes, édition de Catherine Magnien, Paris, Le Livre de Poche

Grimm, Contes, Préface de Marthe Robert, Paris, Gallimard, coll. Folio n°840.

Corpus complémentaire : brochure distribuée en début de semestre

 

 

S'inscrire

011502 COURS EN FAC Lettres modernes : le grotesque

  • Dates des cours : 19janv-26janv-2févr-9févr-23févr-2mars-9mars-16mars-23mars-30mars-6avr-27avr
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Dominique PEYRACHE-LEBORGNE


Dominique PEYRACHE-LEBORGNE

LIEU du cours : Campus tertre, salle ou amphi à confirmer ultérieurement

 

L’esthétique du grotesque et du carnavalesque dans la littérature et les arts.

Ce programme se propose d’analyser comment la culture médiévale et Renaissance du grotesque et du carnavalesque est repensée par la littérature et l’art du XIXe siècle. Cette re-visitation s’effectue dans le cadre d’un renouvellement du discours esthétique sur le Beau mais aussi en fonction d’une réflexion globale sur les fonctions socio-politiques, philosophiques et religieuses de l’art. À partir de documents iconographiques (ainsi que d’extraits de textes théoriques), nous verrons à quel point le domaine des Beaux-Arts a déterminé le discours littéraire sur la variabilité du beau, du laid, du comique et du monstrueux. En fonction de ces influences, nous étudierons les nouvelles de Gogol, d’Edgar Poe ainsi que le roman de Hugo, L’Homme qui rit, qui montrent les échanges et les interférences entre les différentes aires géographiques du Romantisme sur la question du grotesque.

Œuvres au programme :

-Gogol, Le Manteau, in Nouvelles de Pétersbourg (édition au choix ; il existe diverses éditions de poche, dont une édition Folio 2Euros mais qui ne contient pas d’appareil critique)

-Edgar Poe :  Hop-Frog, La Barrique d’Amontillado, Le Roi Peste, Le Masque de la Mort Rouge, Le Diable dans le beffroi, in Nouvelles Histoires extraordinaires (édition au choix)

-Victor Hugo, L’Homme qui rit, édition de Myriam Roman, Paris, Le Livre de Poche, 2002.

-une brochure, contenant des extraits de textes complémentaires et des documents iconographiques, sera déposée sur MADOC (Sébastien Brant, Rabelais, Shakespeare, Hoffmann, autres textes de Hugo, Aloysius Bertrand, Eugène Sue ; Jérôme Bosch, Bruegel l’Ancien, Jacques Callot, Goya, etc.)

 

 

 

S'inscrire

011504 COURS EN FAC La Révolution française dans la littérature et dans l’art

  • Dates des cours : 14sept-21sept-28sept-5oct-12oct-19oct-26oct-9nov-16nov-23nov-30nov-7déc
  • Heure de début du cours : 14:00
  • Heure de fin du cours : 16:00
  • Jour du cours : Mardi
  • Intervenant : Dominique PEYRACHE-LEBORGNE


Dominique PEYRACHE-LEBORGNE

LIEU du cours : UFR Lettres et langages et laboratoires bâtiment censive, chemin de la Censive du Tertre 44313 Nantes, salle 904 Niveau -1 (RDC Bas)

Œuvres romanesques au programme :

-Charles Dickens, Un Conte des deux villes, éd. Gallimard, coll. « Folio ».

-Victor Hugo, Quatrevingt-Treize, éd. Bernard Leuilliot, le Livre de Poche classique.

On étudiera ponctuellement, en parallèle des deux romans, les caricatures anglaises de l’époque révolutionnaire, notamment celles de James Gillray (documents déposés sur MADOC) ainsi que des extraits de films (si possible une scène de Un Peuple et son roi de Pierre Schoeller, 2018 ; deux séquences de deux adaptations cinématographiques de A Tale of Two Cities, le roman de Dickens ; des extraits d’un documentaire historique sorti en 1989 pour la commémoration du bi-centenaire de la Révolution française ; et une séquence de Victor Hugo. Ennemi d’Etat, 2018) qui seront projetés et commentés en cours.

 

 

 

S'inscrire

011506 COURS EN FAC Naturalisme et modernité

  • Dates des cours : 14sept-21sept-28sept-5oct-12oct-19oct-26oct-9nov-16nov-23nov-30nov-7déc
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Mardi
  • Intervenant : Chantal PIERRE


Chantal PIERRE

LIEU du cours : UFR Lettres et langages et laboratoires bâtiment censive, chemin de la Censive du Tertre 44313 Nantes, salle C004 Niveau 0 (RDC Haut)

Si les écrivains naturalistes ont le sentiment d’appartenir à une avant-garde littéraire repensant la littérature, ils ne sont pas forcément reconnus (par la critique, ou même l’histoire littéraire) comme des écrivains avant-gardistes. Le programme de ce TD interrogera le rapport du naturalisme à la modernité et à l’idée d’avant-garde à travers deux œuvres à la fois proches par la proximité de leurs auteurs, les thèmes abordés et distinctes par le genre qu’elles illustrent : pour l’une, le poème en prose, s’inscrivant dans l’héritage de Baudelaire ; pour l’autre, le roman du peuple, présenté par Zola comme un « travail purement philologique».

Œuvres au programme :

J.-K. Huysmans, Le Drageoir aux épices suivi de Croquis parisiens, coll. Poésie Gallimard. (Nous n’étudierons que Croquis parisiens)

E.Zola, L’Assommoir, GF Flammarion

 

 

S'inscrire

011508 COURS EN FAC « Je pense donc je suis, je selfie donc je suis : comment s’écrit l’intime de Saint Augustin à Grisélidis Réal ? »

  • Dates des cours : 19janv-26janv-2févr-9févr-23févr-2mars-9mars-16mars-23mars-30mars-6avr-27avr
  • Heure de début du cours : 15:30
  • Heure de fin du cours : 18:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Christian ZONZA


Christian ZONZA

LIEU du cours : Campus tertre, salle ou amphi à confirmer ultérieurement

Se représenter, écrire l’intime, une évidence contemporaine à l’heure des blogs, réseaux sociaux et selfies dont on étudiera la généalogie! Ce cours invite à un parcours diachronique qui partira de saint Augustin pour aller jusqu’au Carnet de bal d’une courtisane de Grisélidis Réal, une prostituée suisse. Il se fonde sur une œuvre complète, les Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, que je vous invite à lire dans le détail et sur une vaste anthologie de textes largement empruntés au XVIIIe siècle, période inaugurale des écritures de soi (Saint-Simon, Mme Staal-Delaunay, Rousseau…). On se propose, à travers le choc des époques, de comprendre les mutations du genre autobiographique et d’en étudier les enjeux pratiques et théoriques et de découvrir le sens de l’intime d’une époque à l’autre. La question de l’intime offre en effet de larges perspectives d’étude. Nous explorerons ainsi cinq domaines : le cœur, le corps, la morale, l’intellect et la spiritualité. C’est en effet la représentation d’une intériorité qui touche à la fois le cœur (les mémoires disent les passions amoureuses dans leur rapport à l’histoire, par exemple) mais également la morale (les textes révèlent certaines ambitions cachées, disent les fautes inavouées et les remords). L’intime, c’est également tout ce qui est lié au corps dans sa relation à lui-même (les modifications du corps, le corps souffrant), dans sa relation aux autres (le corps au moment de la mort, le corps et la sexualité, le rapport du corps à l’espace, à la nourriture, aux vêtements dans les pratiques sociales). L’intime, c’est aussi la manière dont l’esprit se forme, dans l’éducation et la découverte du savoir, mais également dans son rapport à Dieu et au sacré.  Ce parcours diachronique en littérature croisera inévitablement d’autres domaines artistiques (la peinture, la musique, le cinéma et les arts décoratifs) dans un dialogue entre les arts.

Oeuvre au programme

  • Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, Folio, 2008.

Évaluation en contrôle continu

-un dossier à rendre sur l’oeuvre au programme à partir de sujets proposés ou un dossier sur une œuvre autobiographique au choix dans la bibliographie suivante :

-Tristan l’Hermite, Le Page discracié (Folio)

-Mme de Staal-Delaunay, Mémoires (coll. Temps retrouvé)

-Casanova, Histoire de ma vie (Folio)

-Octave Mirbeau, Journal d’une femme de chambre (Folio)

 

 

 

S'inscrire

011510 COURS EN FAC « Du lyrisme et de l’action poétique au XXe siècle »

  • Dates des cours : 15sept-22sept-29sept-6oct-13oct-20oct-27oct-10nov-17nov-24nov-1déc-8déc
  • Heure de début du cours : 13:30
  • Heure de fin du cours : 16:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Christine LOMBEZ


Christine LOMBEZ

LIEU du cours : UFR Histoire, Histoire de l’Artet Archéologie bâtiment tertre chemin de la Censive du Tertre 44313 Nantes, salle T215 Niveau R+2

Corpus :

  1. Garcia Lorca, Romancero gitan, Folio, 2010.
  2. Char, Fureur et Mystère, Poésie Gallimard, 1967.
  3. Darwich, La terre nous est étroite et autres poèmes, trad. E. Sanbar, Poésie Gallimard, 2000.

Nous interrogerons conjointement ces trois auteurs phare couvrant le XXe et le début du XXIe siècle, de langue respectivement espagnole, française et arabe, autour d’une double articulation, le « lyrisme » et « l’action » – autrement dit la nature personnelle, intime, du geste poétique et ses effets concrets, les aspects où l’on peut constater, de la part de poètes confrontés à la catastrophe historique, une volonté d’implication ou d’engagement. Existe-t-il une forme d’action propre à la poésie ? Quel rapport le « moi » poétique, individuel, entretient-il avec autrui ou avec le « nous » collectif ? Le lyrisme (dans son sens le plus subjectif) peut-il survivre à l’engagement d’un poète, à sa décision de servir un groupe par la lutte (on rappellera ici les mots cruels de B. Péret sur la poésie clandestine française pendant la guerre 1939-45, qui, selon lui, « ne dépasse pas le niveau lyrique de la publicité pharmaceutique » !) ? « En temps de détresse » (Hölderlin), l’action de la poésie est-elle nécessaire ou dérisoire ? Autant de questions qui se dégagent et qui seront richement illustrées par la parole et le vécu des auteurs du corpus : Federico García Lorca plongé dans l’Espagne troublée de la fin des années 1920, René Char, chef de maquis durant l’Occupation allemande, Mahmoud Darwich confronté après 1948 à la perte de sa patrie palestinienne. Il s’agira de voir en quoi ces trois trajectoires sont susceptibles de nouer entre elles un dialogue fécond sur la fonction et les pouvoirs de la poésie lyrique en lien avec le désir d’action ou d’engagement politique.

 

 

 

S'inscrire

011512 COURS EN FAC Séminaire Master « L’énigme du sens : poésie, traductions, interprétations »

  • Dates des cours : 14sept-21sept-28sept-5oct-12oct-19oct-26oct-9nov-16nov-23nov-30nov-7déc
  • Heure de début du cours : 13:00
  • Heure de fin du cours : 15:00
  • Jour du cours : Mardi
  • Intervenant : Christine LOMBEZ


Christine LOMBEZ

LIEU du cours : UFR Lettres et langages et laboratoires bâtiment censive, chemin de la Censive du Tertre 44313 Nantes, salle C009 Niveau 0 (RDC Haut)

Ce séminaire se propose d’interroger les mécanismes de la construction du sens au miroir de la traduction de poésie, d’explorer ses spécificités à travers les siècles et d’en cerner les principaux ressorts : qu’il s’agisse des enjeux d’une première traduction qui va souvent déterminer les conditions de la réception – succès ou échec – de tel auteur ou œuvre (ce qui a pu motiver des stratégies de traduction particulières afin de créer les conditions optimales de son acceptabilité dans la culture-source), de retraductions successives qui, elles, vont tenter, le cas échéant, de « réparer » ce que la traduction initiale a parfois ignoré/laissé en marge, ou bien encore d’autotraductions (cas où le poète bilingue décide de se faire son propre traducteur), le désir de faire passer une œuvre poétique d’une langue à une autre s’accompagne de vrais dilemmes (traduire le sens ou la forme ? traduire en vers ou en prose ? comment restituer les effets de sonorités/de rythmes propres à chaque langue ?), d’options parfois discutables, qui varient considérablement selon les époques, le profil des traducteurs en présence, et où l’idéologie n’est pas toujours absente, comme en témoigne l’exemple récent de la poétesse américaine Amanda Gorman. A travers un large choix de textes et en se fondant sur des analyses de faits traductifs précis, on s’attachera à mettre en évidence les écueils, les apories, mais aussi les réussites d’une pratique que l’on considère encore trop souvent comme relevant d’un impossible défi. Un atelier de traduction collective sera organisé à la fin du semestre afin de permettre aux étudiants de se confronter aux réalités concrètes de la traduction poétique.

 

 

Les textes à l’étude ainsi qu’une bibliographie critique détaillée seront distribués en cours. Néanmoins, la lecture préalable de quelques titres suggérés ci-après est recommandée pour se préparer au séminaire.

 

BERMAN, A., Pour une critique des traductions – John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

BONNEFOY, Y., L’Autre langue à portée de voix – Essais sur la traduction de poésie, Seuil, 2013.

BORGES, Jorge Luis, L’art de poésie, Arcades Gallimard, 2002.

ETKIND, E., Un art en crise. Essai de poétique de la traduction poétique, Lausanne, L’Age d’Homme, 1982.

LOMBEZ, C., La Seconde Profondeur. La traduction poétique et les poètes traducteurs eu Europe au XXe siècle, Les Belles Lettres, 2016.

 

 

 

 

S'inscrire

011514 COURS EN FAC Mythe et modernité II : Autour de l’œuvre de James Joyce

  • Dates des cours : 17janv-24janv-31janv-7févr-21févr-28févr-7mars-14mars-21mars-28mars-4avr-25avr
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Lundi
  • Intervenant : Philippe FOREST


Philippe FOREST

Campus tertre, salle ou amphi à confirmer ultérieurement

Bien qu’indépendant du cours proposé l’an passé (et qui portait sur un corpus d’œuvres liées au surréalisme : Aragon, Breton, Leiris, Bataille) et pouvant être suivi par des étudiants n’ayant pas assisté à cet enseignement, le nouveau programme offert vise à approfondir la réflexion sur les relations entre mythe et modernité. Il a pour objet principal l’œuvre de l’écrivain irlandais James Joyce, unanimement considéré comme l’un des fondateurs du roman moderne et dont les grands livres, inspirés notamment d’Homère, d’Ovide et de Dante, mettent en scène des figures et des motifs empruntés à la mythologie classique : Dédale, Icare, Télémaque et Ulysse.

L’étude portera principalement sur deux romans de Joyce : Portrait de l’artiste en jeune homme (dont la lecture intégrale est indispensable) et Ulysse (dont seuls des extraits seront approchés : essentiellement les chapitres mettant en scène le personnage de Stephen Dedalus, héros du roman précédent de Joyce et figure moderne de Télémaque). D’autres textes de Joyce, distribués en cours, pourront être évoqués : notamment « Les Morts », la dernière nouvelle de Gens de Dublin, et quelques pages de Finnegans Wake.

Dans une perspective comparatiste et si on dispose encore d’assez de temps, afin d’étudier comment la « méthode mythique » de l’écrivain irlandais a pu inspirer certains auteurs, on confrontera l’œuvre de Joyce à celles de quelques romanciers, poètes et cinéastes du XXe siècle dont les textes ou les films seront rapidement présentés en cours.

 

Du côté de la poésie : The Waste-Land de T.S.Eliot.

Du côté du roman : Les Aventures de Télémaque de Louis Aragon et, éventuellement, Lois ou Paradis de Philippe Sollers.

Du côté du cinéma : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, Le Mépris de Jean-Luc Godard, The Dead de John Huston, trois films inspirés à des titres divers par la dernière nouvelle de Gens de Dublin.

Les étudiants qui le souhaitent pourront présenter oralement un travail de recherche portant sur tel ou tel des aspects des œuvres étudiées ou bien, en relation avec leur propre mémoire, sur la manière dont la « méthode mythique » illustrée par Joyce a pu inspirer d’autres auteurs du XXe siècle. Pour les autres étudiants, la validation du cours aura lieu sous la forme d’un devoir sur table organisé lors de la dernière séance du semestre.

 

 

 

 

S'inscrire

011516 COURS EN FAC Découverte des textes fondateurs

  • Dates des cours : 14sept-21sept-28sept-5oct-12oct-19oct-26oct-9nov-16nov-23nov-30nov-7déc
  • Heure de début du cours : 08:00
  • Heure de fin du cours : 09:30
  • Jour du cours : Mardi
  • Intervenant : Philippe POSTEL


Philippe POSTEL

LIEU du cours : UFR Histoire, Histoire de l’Artet Archéologie, bâtiment tertre, chemin de la Censive du Tertre 44313 Nantes, Amphi A Niveau RDC

Le cours vise à acquérir une base de connaissance et des méthodes d’analyse dans le domaine de la littérature classique européenne. Concernant l’Antiquité, nous étudierons deux textes dans le domaine grec :1. L’Odyssée (VIIIe siècle avant Jésus-Christ), un récit attribué à celui que l’on considère comme le fondateur même de la littérature européenne : Homère ; puis, 2. Électre d’Euripide (Ve siècle avant Jésus-Christ). Nous aborderons ensuite 3. L’Enfer de Dante, première partie de La Divine Comédie (XIIIe siècle), œuvre qui se situe en fait à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance. Puis nous travaillerons sur deux ouvrages situés à la fin de la Renaissance et à l’orée de la période baroque, nés à deux extrémités de l’Europe : une pièce de Shakespeare, 4. Macbeth (1603) et le roman de Cervantès, 5. Don Quichotte (début du XVIIe s.), considéré comme le premier roman moderne en Europe.

Le cours consistera en une présentation des textes, un commentaire de texte et une ouverture comparatiste.

 

Programme

On peut lire les textes dans une autre édition.

  1. Homère, L’Odyssée, traduction de Frédéric Mugler, Actes Sud, Babel, 1995.
  2. Euripide, Électre, dans Électre : Eschyle, Les Choéphores ; Euripide, Électre ; Sophocle, Électre, traduction de V.-H. Debidour, Le Livre de Poche Classique, 2005.
  3. Dante, L’Enfer, traduction de Jacqueline Risset, dans La Divine comédie, Flammarion, GF (chants à lire : I-VIII, XIII, XIX, XXVI, XXXI-XXXIV).
  4. Shakespeare, Macbeth, traduction de Pierre-Jean Jouve, Flammarion, GF, Théâtre bilingue, 1993.
  5. Cervantès, L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, Seuil, Points, traduction Aline Schulman, 1997 (lire le tome 1).

 

 

 

 

S'inscrire