012220 Rêverie, imaginaire et philosophie – vers une pensée de l’acte de création –

  • Dates des cours : 22janv-29janv-5févr-26févr-5mars-12mars-19mars-26mars-2avr-23avr-30avr-7mai
  • Heure de début du cours : 16:15
  • Heure de fin du cours : 18:15
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Julie CLOAREC MICHAUD


Julie CLOAREC MICHAUD

Et si l’acte de création, bien loin d’incarner simplement l’expression d’une liberté désinhibée et délestée de toute contrainte, était, au contraire, un acte des plus rigoureux, libre certes, mais répondant à une exigence certaine et nécessaire ?
Dans La Psychanalyse du feu Bachelard écrit : « Le rêve chemine linéairement, oubliant son chemin en courant. La rêverie travaille en étoile. Elle revient à son centre pour lancer de nouveaux rayons ». L’esprit créatif, adepte de la rêverie comme l’affirme le philosophe, apparaît donc comme un esprit souple qui oscille entre vagabonderie et retour sur soi, entre lâcher prise et rigueur. C’est ce dont témoigne parfaitement Mary Wigman décrivant son processus de création chorégraphique lorsque, après avoir laissé son corps trouver par lui-même l’état et les mouvements qu’elle recherchait, elle affirme que tout ce travail préliminaire doit dorénavant « obéir aux lois de la création ». Mais de quelles lois et de quelle exigence s’agit-il ?
Ce cours propose d’explorer cette double facette de l’acte de création et suivra, lui aussi, ce chemin créatif passant tour à tour d’une philosophie de l’art, sensible au rêve et à l’imaginaire, à une philosophie épistémologique, qui s’interroge sur l’acte de création dans le domaine de la connaissance.

QUELQUES THÈMES ABORDÉS

– La distinction entre rêve et rêverie avec Bergson et Bachelard.
– L’acte de création dans différents domaines artistiques (danse, écriture littéraire, peinture, musique…)
– La création de figures imaginaires dans le domaines scientifiques (comme le Démon de Maxwell) pour illustrer le rapport de l’imaginaire au scientifique.
– La question d’une philosophie de l’imaginaire

 

BIBLIOGRAPHIE

BACHELARD (Gaston), L’Air et les songes : essai sur l’imagination des forces, Paris, Éditions José Corti, 1943.
BACHELARD (Gaston), La Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1961.
BACHELARD (Gaston), La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.
BACHELARD (Gaston), La Psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1938.
BACHELARD (Gaston), La Terre et les rêveries du repos : essai sur les images de l’intimité, Paris, Éditions, José Corti, 1948.
BACHELARD (Gaston), L’Eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, Éditions José Corti, 1943.
BACHELARD (Gaston), Essai sur la connaissance approchée, Paris, Vrin, 1928.
BACHELARD (Gaston), L’Activité rationaliste de la physique contemporaine, Paris, PUF, 1951.
BACHELARD (Gaston), La Formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1938.
BACHELARD (Gaston), La Valeur inductive de la relativité, Paris, Vrin, 1929.
BERGSON (Henri), Le Rêve, Paris, Editions Payot & Rivages, 2012.
BERGSON (Henri), L’évolution créatrice, Paris, Quadrige/PUF, 2007.
BERGSON (Henri), La Pensée et le mouvant, Paris, Quadrige/PUF, 1999.
COLERIDGE (Samuel Taylor), Biographia Literaria Biographical Sketches of my Literary Life & Opinions, Chapter XIV, Princeton, Princeton University Press, 1817, reprinted 1987.
DUHEM (Pierre), Sauver les apparences – sur la notion de théorie physique, Paris, Vrin, 2003.
EMERSON (Ralph Waldo), Essais, traduction et avant-propos Anne Wicke, Michel Houdiard Éditeur, Paris, 2005.
GADAMER (Hans Georg), Vérité et méthode, II. L’ontologie de l’œuvre d’art et sa signification herméneutique, traduction P. Fruchon, G. Merlio et J. Grondin, Paris, Editions du Seuil, 1996.
KANT (Emmanuel), Critique de la raison pure, traduction A. Renaut, Paris, GF-Flammarion, 2006.
MERLEAU-PONTY Maurice, Le visible et l’invisible, Gallimard, Tel, Paris, 1996.
MERLEAU-PONTY, Maurice, L’œil et l’esprit, Gallimard, Folio/Essais, Paris, 2002.
NIETZSCHE (Friedrich), Le Gai savoir, traduction P. Wolting, Paris, GF-Flammarion, 2000.
NIETZSCHE (Friedrich), Le Livre du philosophe, « Introduction théorétique sur la vérité et le mensonge au sens extra-moral », traduction A. K. Marietti, Paris, Aubier Flammarion, 1969.
POPPER (Karl), La connaissance objective, traduction J.-J. Rosat, Paris, coll. « Champs », Flammarion, 1999.
POPPER (Karl), La logique de la découverte scientifique, traduction F. Rivenc, Paris, Payot, 2007.
RICŒUR (Paul), La Métaphore vive, Paris, Éditions du Seuil, 1975.
RICŒUR (Paul), Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil, 1983.
SARTRE, Jean-Paul, L’imaginaire : psychologie phénoménologique de l’imagination, Paris, coll. « Folio. Essais », Gallimard, 1986.

Résumé de votre carrière : Julie Cloarec-Michaud mène une carrière à la fois dans le domaine artistique et philosophique. Danseuse et assistante chorégraphe au sein de la compagnie NGC25 – Hervé Maigret depuis 2014, elle travaille en France et à l’étranger. Cette activité l’amène, outre à collaborer à la création des pièces et à donner des représentations de différents spectacles du répertoire de la compagnie, à travailler avec des publics très variés : scolaires, enfants, adolescents, adultes, personnes âgées en Ehpad, personnes en situation de handicap. Parallèlement à sa carrière artistique, Julie est également docteure en philosophie. Après avoir été invitée à la San Francisco State University, elle soutient sa thèse à la Sorbonne, sous la direction de Michel de Bitbol, en décembre 2013. Depuis, Julie Cloarec-Michaud poursuit ses activités dans ces différents domaines. Elle est également artiste-auteure, collabore avec des plasticiens et artistes numériques, et donne des conférences et des cours.