012220 Rire et philosophie – Le rire ne serait-il pas l’acte philosophique ultime ?

  • Dates des cours : 26janv-2févr-23févr-2mars-9mars-16mars-23mars-30mars-6avr
  • Heure de début du cours : 16:00
  • Heure de fin du cours : 18:00
  • Jour du cours : Mercredi
  • Intervenant : Julie CLOAREC MICHAUD


Julie CLOAREC MICHAUD

RÉSUMÉ

Communément banal, universellement partagé, le rire est-il la marque d’un pur divertissement ou l’expression d’une certaine compréhension du monde qui nous entoure ? Le rire est-il futile ou sérieux ? Et si le rire était l’expression d’un esprit philosophique suffisamment sage pour maintenir le sérieux de son raisonnement sans pour autant se prendre au sérieux ? Et si, par le rire, nous accédions à une forme de connaissance qui, sans faire l’économie de la rigueur qui la conduit, n’excluait pas une certaine forme de joie et de délicieuse légèreté ?

Un pas de côté, une liberté de style, une expression personnelle, et si le rire était l’affirmation-même de notre personnalité face au non-sens de notre existence ? Rire ou mourir, telle est la question. Et si pour Platon, philosopher c’est avant tout apprendre à mourir, essayons que cela consiste bien plutôt à mourir… de rire !

Notre cours se propose d’aborder le rire non pas tant comme une notion abstraite mais bien plutôt comme une action, c’est-à-dire un rapport incarné au monde. Du rire dionysiaque de Nietzsche au « Rire » de Bergson, de sa caractéristique comme étant le propre de l’homme pour Rabelais jusqu’à son rôle transgressif, nous chercherons dans toutes ces expressions du rire la démarche philosophique qu’elles incarnent tout en les illustrant d’exemples cinématographiques, théâtraux, littéraires…

PLAN (indicatif)

I) Le rire : le propre de l’homme

la médecine rabelaisienne face à la tristesse et à la peur

II) Le rire : l’expression du corps.

remise en question de l’intelligence face à la compréhension sensible et intuitive du monde

quand le corps prend le relais (le fou-rire)

III) Le rire, une arme face au sérieux : impolitesse ou respect ?

l’absurde qui mène au rire : la prise de conscience du non-sens (les Monty Python : entre absurde et satire)

CONSEILS DE LECTURE

– BERGSON (Henri), Le Rire

– CAMUS (Albert), Le Mythe de Sisyphe

– EMERSON (Ralph Waldo), Essais

– NIETZSCHE (Friedrich), Le Gai savoir, Zarathoustra, La Naissance de la tragédie.

– RABELAIS (François), Gargantua.

S'inscrire