011514 COURS EN FAC Mythe et modernité II : Autour de l’œuvre de James Joyce

  • Dates des cours : 17janv-24janv-31janv-7févr-21févr-28févr-7mars-14mars-21mars-28mars-4avr-25avr
  • Heure de début du cours : 10:00
  • Heure de fin du cours : 12:00
  • Jour du cours : Lundi
  • Intervenant : Philippe FOREST


Philippe FOREST

Campus tertre, salle ou amphi à confirmer ultérieurement

Bien qu’indépendant du cours proposé l’an passé (et qui portait sur un corpus d’œuvres liées au surréalisme : Aragon, Breton, Leiris, Bataille) et pouvant être suivi par des étudiants n’ayant pas assisté à cet enseignement, le nouveau programme offert vise à approfondir la réflexion sur les relations entre mythe et modernité. Il a pour objet principal l’œuvre de l’écrivain irlandais James Joyce, unanimement considéré comme l’un des fondateurs du roman moderne et dont les grands livres, inspirés notamment d’Homère, d’Ovide et de Dante, mettent en scène des figures et des motifs empruntés à la mythologie classique : Dédale, Icare, Télémaque et Ulysse.

L’étude portera principalement sur deux romans de Joyce : Portrait de l’artiste en jeune homme (dont la lecture intégrale est indispensable) et Ulysse (dont seuls des extraits seront approchés : essentiellement les chapitres mettant en scène le personnage de Stephen Dedalus, héros du roman précédent de Joyce et figure moderne de Télémaque). D’autres textes de Joyce, distribués en cours, pourront être évoqués : notamment « Les Morts », la dernière nouvelle de Gens de Dublin, et quelques pages de Finnegans Wake.

Dans une perspective comparatiste et si on dispose encore d’assez de temps, afin d’étudier comment la « méthode mythique » de l’écrivain irlandais a pu inspirer certains auteurs, on confrontera l’œuvre de Joyce à celles de quelques romanciers, poètes et cinéastes du XXe siècle dont les textes ou les films seront rapidement présentés en cours.

 

Du côté de la poésie : The Waste-Land de T.S.Eliot.

Du côté du roman : Les Aventures de Télémaque de Louis Aragon et, éventuellement, Lois ou Paradis de Philippe Sollers.

Du côté du cinéma : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, Le Mépris de Jean-Luc Godard, The Dead de John Huston, trois films inspirés à des titres divers par la dernière nouvelle de Gens de Dublin.

Les étudiants qui le souhaitent pourront présenter oralement un travail de recherche portant sur tel ou tel des aspects des œuvres étudiées ou bien, en relation avec leur propre mémoire, sur la manière dont la « méthode mythique » illustrée par Joyce a pu inspirer d’autres auteurs du XXe siècle. Pour les autres étudiants, la validation du cours aura lieu sous la forme d’un devoir sur table organisé lors de la dernière séance du semestre.

 

 

 

 

S'inscrire